Le miget – mijheot

Le miget – L’mijhet

“Faère un mijheot (oubedon mijhet) quand o grâle”

C’est une préparation typiquement picto-charentaise quand il fait chaud, quand le soleil “grille” en bas.
On lui donne le nom de soupine en Anjou, et de miettée en Beauce.

  • Un bon “mijhet” se prépare dans une assiette à calotte,( à soupe) avec de hauts rebords.
  • Y installer plusieurs morceaux de sucre. Verser de l’eau (mais pas bérède) pour que le sucre fonde. Ajouter du vin rouge ( là, te peux o aburraé).
  • Et au besoin, des glaçons . Couper du pain bien rassis en petits cubes…. Oubedon do fraeses, framboeses et bé core do grusèles (groseilles).
  • Y en a chuques-uns qui mettons do lait : (surtout les droillères)
  • Et dégustez… à l’ombre, juste après la marienne. Les paysans avaient coutume de se restaurer ainsi vers 16 ou 17 heures, avant de repartir pour les champs en été. Ils ne disposaient pas de glaçons bien sûr, mais de l’eau fraîche du puits. (do poué)

Lorsqu’il était consommé lors des travaux des champs, le vin était emporté dans des bonbonnes ou dames Jeanne, le mijhet dans des saladiers. Pour leur garder une certaine fraîcheur, le tout était enveloppé dans des sacs de jute qu’on arrosait de façon à les maintenir humides. L’évaporation est un processus physique qui produit du froid et maintenait ainsi les ingrédients à une température inférieure à la température ambiante.

“Mijheot” oubedon « mijhet », viendrait de “mica”, qui signifie “miette” en latin.


Chanson : A la manière du grand Goulebenéze,

L’ mijhet

refrain :

L’mijhet, l’mijhet, o vous met l’tchieur en fête,
L’mijhet, l’mijhet, o vous égaye la tête,
L’mijhet, l’mijhet, o vous rend mêm’poète,
Un bol de mijhet, et vous volà sû pied !

Quand qu’le valet se rend daus champs,
Tout acabassé d’sa jhornée,
I peux vous dir’ que l’est content,
De r’trouver tout’ la maisounnée,
Autour d’un’ grand’ piatée d’mijhet
Où qu’ chacun tire à sa façon,
Après ça, le relèv’ tout dret
Pus rose et pus frais qu’un gardon !

Refrain

O y a thiau chêti Augustin
Dèpis longtemps qu’atait malade,
Le mangeait quasiment pus rin
Qu’une goulée d’pain pis d’la salade,
Mais un beau jhour, sa malaisie
Y a fait une assiettée de mijhet,
Asteur o l’ vouét dans les battries
Porter les pus lourds sacs de bié !

refrain

Si tous les humains sû la Terre,
Peuviant teurtous s’mett’ à thiau mets,
Ol’est sûr qu’o y arait pus d’guerre,
Que les canons sariant rouillés,
Pace qu’o ya rin tel que l’mijhet
Peur dounner les bons sentiments,
Le devrait même êt’ remboursé,
Faut zou dire au gouvernement !

refrain

Voui, mais o faut pas en abuser !!!

Cf. le site : la plume bleue

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *